• 01/02/2020

    Hello le monde !

     

    Voilà un mois que j'ai commencé ma nouvelle vie... ou plutôt que j'ai essayé de remonter mon moral.

    Les premiers temps je pleurais souvent. Je devais faire le deuil de mon ancien travail. Depuis 2010 j'étais dans le même réseau des médiathèques, je n'ai jamais travaillé ailleurs. Pendant cette période je me suis rendue compte que j'ai rencontré beaucoup de mes potes au travail. Une de mes amies proches y travaille toujours, sans oublier P qui lors d'une soirée a été très bienveillant avec moi. 

    Pendant cette période j'ai eu besoin de couper. C'etait vraiment nécessaire car j'avais fait l'erreur de voir deux anciennes collègues des les premiers jours. La semaine suivante j'avais le moral au plus bas. Une fois au resto en Allemagne j'ai pleuré. Juste avant je n'ai pas pu acheter ma dose de chocolat ni de charcuterie. Je ne pouvais même plus me consoler sur la bouffe ! C'etait trop. Ca a fait comme entre Noël et nouvel an quand j'ai craqué devant mes voisins.

    Heureusement j'ai pu me changer les idées avant le festival du cinéma contemporain  japonais Kinotayo. Mon amie japonaise a demandé à ma meilleure amie et moi si nous voulions être bénévoles. J'ai embarqué deux autres potes dans l'aventure. Nous avons vu 11 films pour en sélectionner 4. Ca n'a pas été de tout repos et j'aurais pas mal de choses à redire sur le mec qui a mis tout ça en place dans ma ville mais au final ça a été une très bonne expérience. Cette aventure m'a fait sortir parler avec du monde et faire de la communication, chose que j'aime faire de part mon métier. 

    Puis dans cette effervescence de collègues ont pris des nouvelles. Ma cheffe m'a envoyé des fiches de poste... J'étais au bord des larmes en lisant ces messages mais j'avais pas envie de les revoir. Dans ma tête ça n'allait pas encore. J'ai juste accepté de manger avec la collègue déjà à la retraite. Nous n'avons pas pu nous empêcher de parler de notre ancien travail. Elle m'a avoué que pour elle aussi c'était dur d'y retourner même si c'était elle qui avait choisi de partir, ce qui n'est pas mon cas... 

    J'avais fait la morte même pour P. Ce n'est que cette semaine que j'ai décidé de lui dire "hey je suis redescendue de ma montagne à te dit qu'on mange ensemble ? " Sa réponse " Je commençais à me demander si j'allais pas envoyer des yétis de secours xD ". 

    Bizarrement il y a que mes potes masculins qui me laissent tranquille au sujet de mes futurs projets. Autant parler du passé il y a pas de soucis autant je me braque pour le futur. J'arrive pas à me projeter et je panique en voyant que je peux répondre qu'à peu d'annonces autre que dans les médiathèques. J'ai déjà essayé la vente je suis nulle, pour beaucoup de choses il faut des diplômes que je n'ai pas et je  ne veux pas me replonger dans des études. 

    Enfin bref...

    En vrai si je voulais écrire ce soir c'était pour parler du temps qui passe. 

    En 28 ans j'ai perdu 5 membres de ma famille et j'ai dû dire adieu à 5 lieux de mon enfance. 

    Ma famille est éclatée malgré que nous vivions dans la même ville. Nous nous voyons individuellement. La dernière vraie réunion de famille doit dater de 2006. Mon oncle a tenté deux fois de réunir de la famille, pour son mariage et ses 50 ans. Mais on sentait qu'après le décès de mon grand-père c'était fini. La membre de la famille la plus âgée est la tante de ma mère... il y a que 10 ans qui les séparent... Cette dernière a un cancer du poumon. Cette après-midi nous avons parlé de nos souvenirs passés dans son jardin qu'elle a dû rendre. Nous avons pensé à son mari qui est parti peu après mon grand-père. On avait l'habitude de venir tous les dimanches chez eux. 

    J'ai eu un pincement au cœur en me disant que je n'ai pas pu en profiter autant que mes cousins. Pendant 11 ans nous revenions que l'hiver pendant deux mois, et parfois il se passait 2 ans sans qu'on revoit la famille. Mon plus grand regret c'est de ne pas avoir pu passer plus de temps avec mon grand-père que j'adorais tellement. 

    Nous avons repensé à lui devant le film "L'adieu". Il parle d'une jeune chinoise américaine qui rentre au pays après avoir appris que sa grand-mère allait mourir. Sa famille en Chine a décidé de ne rien dire à la matriarche pour qu'elle puisse partir tranquillement. 

    Je me suis vraiment retrouvée dans cette fille par pour le mensonge mais dans le fait que quand on est loin et que la famille change, des lieux disparaissent c'est encore plus difficile à accepter. Quand tu reviens tout a déjà été fait, décidé changé. Deux scènes ont fait que j'ai pleuré, ce sont deux choses que j'ai vécu. 

     

    Le temps passe c'est un fait, et nous ne pouvons rien y faire. Ce mois de janvier a filé. Si je vais mieux dans ma tête je suis toujours autant dans le flou pour mon futur... Arf on verra bien...

     

    TCHUSS LE MONDE !

    « Pour SanpeiA-B-C »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :